50 bûches .


Dabord coupées, triées puis installées en un grand bûcher, elles ont brûlé presque totalement puis sont décédées à 17h38 le 9 décembre 2011 . Enlevées progressivement du feu pour une nouvelle naissance elle ont ensuite été recoupées afin de tenir debout, sans racines. Seules et sans soutien . Ensemble elles revivent en un cimetierre commun, séparées les unes des autres et perdent petit à petit ce qu'il le reste de leur vie, en attente d'une matérialité nouvelle . Dans « Projet Phoenix », les bois brûlés peuvent représenter la combustion de la forêt mais aussi celle des corps pendant la guerre. Si on regarde ces bois dressés de plus près, on constate que des champignons y ont poussé. Peut-on renaître après s’être consumé? L’œuvre se respire aussi, l’odeur de brûlé est tenace.




2012